L’enquête rapide sociale renseigne sur la situation matérielle, professionnelle, familiale de la personne au moment de son déferrement au tribunal. Dans certains cas, elle peut être source de propositions notamment en matière d'hébergement. Elle peut favoriser la mise en place de mesures alternatives à l'incarcération comme le contrôle judiciaire. Elle intervient dans le cadre d'une présentation devant le Tribunal Correctionnel (à la demande du Parquet) ou lors de l'ouverture d'une Instruction préparatoire (à la demande du juge d’instruction).

Depuis janvier 2010, une enquête rapide sociale spécifique a été mise en place au TGI de Fontainebleau dans le cadre des comparutions sur reconnaissance préalable de culpabilité (CRPC). Cette procédure ne s’applique que pour les délits punis d’une peine d’emprisonnement inférieure ou égale à 5 ans, et uniquement si le mis en cause reconnaît les faits. D’autre part, il doit obligatoirement être assisté d’un avocat et accepter la peine prononcée. Dans le cas contraire, le Tribunal Correctionnel le jugera selon la procédure habituelle.